Auxiliaire de vie, une belle opportunité d’emploi

05/05/2022 - Actu Nationale

Dans le monde du service à la personne beaucoup de postes sont à pourvoir, notamment en ce qui concerne le métier d’auxiliaire de vie à domicile (aussi appelé assistant(e) de vie).

 

Ce n’est un secret pour personne, la population française vieillit. 

 

En 2030, on comptera environ 20 millions de personnes âgées de plus de 60 ans, contre 15 millions aujourd’hui. Le nombre des personnes âgées dépendantes, c’est-à-dire en perte d’autonomie, passerait à 1,55 million en 2030, puis à 2,3 millions en 2060. 

Conséquence directe, la création d’emplois dans ce secteur va continuer de s’accroître. 

Voyons ensemble les avantages de ce beau métier.

1) Auxiliaire de vie, une vocation.

Pour travailler dans le secteur du service à la personne, il faut d’abord être proche des gens et surtout aimer les rapports humains. On rentre au plus profond de l’intimité des personnes qui sont parfois dans un état de dépendance important. 

Patience, compréhension et sérieux sont des qualités essentielles de l’auxiliaire de vie. 

Ses missions sont diverses et varient en fonction de son diplôme et de son ancienneté :

  • les courses ;
  • les tâches ménagères ;
  • l’entretien du linge ;
  • la préparation de repas courants ;
  • les tâches administratives.

Mais aussi :

  • la prise des repas ;
  • la toilette ;
  • les transferts et les déplacements à l’intérieur ou à l’extérieur du domicile ;
  • l’habillage.

Mais bien au-delà de cette aide aux actes essentiels du quotidien, l’auxiliaire de vie va veiller au bien-être et au bien vieillir des personnes qu’elle accompagne. Elle est l’aide cruciale qui va permettre aux personnes devenues dépendantes de rester plus longtemps à leur domicile. 

L’AVS sera également le soutien quotidien des personnes handicapées qui ne peuvent plus (ou difficilement) réaliser certains actes de la vie courante.

Son rôle est donc primordial dans le quotidien de bien des gens.

Les auxiliaires de vie ressentent une envie d’aider et d’humaniser cette aide apportée aux personnes dans le besoin. Pour beaucoup de personnes faisant appel aux services à domicile, c’est aussi le besoin psychologique d’être écouté, entendu et parfois une réponse à l’isolement.

 

2) Devenir auxiliaire de vie

La voie royale d’accès au métier d’auxiliaire de vie est le DEAES (diplôme d’état d’accompagnant éducatif et social). Ce diplôme de niveau 3 propose trois spécialités dont l’accompagnement de la vie à domicile. 

Il est aussi possible d’obtenir ce qu’on appelle une “mention complémentaire” aide à domicile après un CAP, un bac pro ou un bac général.

Par ailleurs, tout au long de leur pratique, les auxiliaires de vie vont pouvoir passer des VAE (validations des acquis de l’expérience) et ainsi étoffer au fur et à mesure le panel des actes qu’elles peuvent accomplir.

 

3) De nombreux postes à pourvoir

Les entreprises de services à la personne sont constamment à la recherche de salariés. Ce secteur ne connaît pas la crise et l’offre d’emploi y est pléthorique. 

Face au vieillissement de la population et à la volonté des politiques publiques de renforcer le maintien à domicile des personnes dépendantes, le métier d’auxiliaire de vie a de beaux jours devant lui !

 

4) Quelles perspectives d’évolution pour l’auxiliaire de vie ?

L’évolution dans le métier d’assistant(e) de vie va bien souvent trouver sa place dans le médical : l’auxiliaire de vie via une validation des acquis de l’expérience (VAE) peut devenir aide soignant(e).

L’aide soignant(e) travaille principalement en structure médicalisée et son rôle est plus axé sur le soin sous la responsabilité des infirmiers là où l’auxiliaire de vie est plus autonome dans son accompagnement aux personnes dépendantes.

Avec des formations complémentaires, d’autres perspectives s’ouvrent aussi à l’auxiliaire de vie qui pourra, si il/elle le souhaite, devenir technicien(ne) d’intervention sociale et familiale (TISF) ou aide médico-psychologique.

La société Junior Senior recherche en permanence de personnes motivées et qui souhaitent apporter un vrai soutien aux personnes dépendantes. Nous donnons à chacun l’opportunité de trouver sa vocation.

Source : https://solidarites-sante.gouv.fr/archives/loi-relative-a-l-adaptation-de-la-societe-au-vieillissement/article/les-chiffres-cles